Martin Willis

My blog for a real life
  • Facebook
  • Twitter
  • Google +

L'impertinence des jeunes...

L'impertinence des jeunes...  - Martin Willis

Hier soir, j'étais outrée, et le mot est faible ! D’un pas pressé, car presque en retard, je m’en allais chez un nouveau podiatre, car j’avoue, j’ai les pieds plats, et j’avais besoin de nouvelles semelles. Alors dans ma hâte, je me suis trompé d’édifice. C’est normal dans mon cas, vous dirait mon mari, je suis un peu, et même souvent, étourdie et inattentive à ce genre de détail.  La mode de construire 4 ou 5 édifices à bureau identiques, les uns à côté des autres, ne m’aident pas non plus à me retrouver, et à me guider facilement. Enfin, je me suis tout de même retrouvé au bon étage, soit, au 4e, mais dans le mauvais édifice. Pour, en revenir à ce qui m’a choqué, c’est qu’en rentrant dans le bureau 404, je me suis retrouvé à être dans un cabinet de chirurgie esthétique. Et là, un peu perdu, j’ai entendu un jeune homme, dans la salle d’attente, dire même sans prendre le soin d’être discret,  « elle, c’est sûr qu’elle vient pour une augmentation mammaire ! » . Non seulement, j’ai trouvé ça insultant, ma poitrine étant évidemment, tout à fait respectable, mais je n’en revenais pas du peu de retenue et de savoir-vivre dont il faisait preuve. J’ai balbutié quelques mots incohérents, et je suis ressorti aussi vite que j’étais entré. En marchant vers le bon édifice, il m’est venu à l’esprit tout ce que j’aurai dû lui répondre. J’étais furieuse envers moi et contre lui. Évidemment, il était trop tard pour faire de l’esprit et lui lancer une répartie bien sentie. Je m’en voulais de n’avoir été que gênée et mal à l’aise, et de n’avoir eu aucune réplique à riposter sur le coup. Du genre « J’espère que tu as beaucoup d’argent à investir dans ta face, car ton cas est vraiment sérieux » ou « J’espère que tu pourras te faire réparer le portrait après que je t’ai défiguré ». Mais, ce n’est pas dans ma nature d’être langue de vipère, alors évidemment, j’ai juste eu l’air d’une idiote en me sauvant. J’étais rouge comme une pivoine en arrivant, en retard évidemment, chez le podiatre. C’était un jeune homme très charmant et professionnel. Après 10 ou 15 minutes, il m’avait mise à l’aise, et je lui ai raconté ma mésaventure. C’est là qu’il m’a dit, dans un excès de gentillesse sans doute, « Je ne comprends pas madame, ne vous en faites pas votre poitrine est parfaite ! » Et là, c’est lui qui est devenu rouge comme un coq, très embarrassé de ce qu’il venait de dire, en balbutiant des excuses qui, somme toute, étaient inutiles. J’étais ravie de son commentaire et je trouvais la situation cocasse et, au moins, les jeunes ne sont pas tous impertinents et grossiers dans leur spontanéité, lui ai-je répondu en riant !

 

The author:

author

Bienvenue sur le blog perso de Martin Willis. Né le 23 avril 1967 à Douai (Nord), il est plus connu sous le pseudonyme de Marlis. Il est un blogueur français spécialisé dans l'informatique et la culture geek dans plusieurs journaux Web.