Martin Willis

My blog for a real life
  • Facebook
  • Twitter
  • Google +

Les fameuses gouttières

Les fameuses gouttières - Martin Willis

Nettoyer mes gouttières fut une des tâches que je m’étais obligée à mener en ce début de printemps. Après avoir sorti mes meubles de jardin, j’ai mis en place mon échelle pour monter sur le toit. Je l’ai calée avec deux grosses pierres pour être sûr qu’elle ne bougerait pas. Avec mon poids, je craignais qu’elle glisse. Je ne suis pas très sûr de moi quand je suis en hauteur. J’ai donc grimpé les barreaux en me tenant fermement. J’avais pris le tuyau d’arrosage et des gants. Couvert d’une veste chaude et imperméable, je m’apprêtais à commencer le nettoyage, quand j’ai entendu la voix de mon voisin. Il m’appelait. Il n’avait pas vu que j’étais perché sur mon toit. J’ai essayé de lui faire comprendre que je n’étais pas tout à fait en position pour entamer une discussion avec lui. Après cet échange rapide, je me suis remis au travail.

Martine arriva alors que je finissais. Elle était partie dans la matinée pour passer une entrevue d’embauche pour un poste de secrétaire dans une entreprise de remplacement toiture Repentigny. Elle avait rencontré Jacques, et ils avaient dîné ensemble. Ils avaient parlé de l’entrée à l’université de Vincent, du nouveau travail de Philippe, des jumeaux de Béatrice. Ma conjointe était toute contente d’avoir dîné avec son cousin. Je descendis de mon perchoir, quand les dernières feuilles eurent disparu de la gouttière. Je n’avais pas pu le faire depuis deux ans, l’accumulation des déchets organiques avait créé un bouchon, et je l’avais évacué grâce à la force du jet de mon tuyau d’arrosage. Je ne pensais pas que cela suffirait à déboucher le système d’évacuation de l’eau du toit, mais j’avais tort. Tout fut parfaitement propre en moins de temps que ce que j’avais compté.

Je suis allé prendre une douche directement quand je suis descendu. Cette session de nettoyage avait été fatigante, et j’avais beaucoup transpiré. Je suis ressorti avec une mine réjouie. Non seulement, j’étais content d’avoir mené cette tâche et réussi mon objectif, mais, en plus, je savais que je n’aurais pas à le refaire avant au moins une année, et peut-être même plus longtemps. Avoir le sentiment du devoir accompli est si agréable que j’ai continué toutes mes autres occupations avec une bonne humeur, que rien ne pouvait altérer. Ce fut au début de la soirée que je me suis aperçu que j’avais laissé mes gants sur le toit. Je devais absolument aller les chercher avant la tombée de la nuit.

 

The author:

author

Bienvenue sur le blog perso de Martin Willis. Né le 23 avril 1967 à Douai (Nord), il est plus connu sous le pseudonyme de Marlis. Il est un blogueur français spécialisé dans l'informatique et la culture geek dans plusieurs journaux Web.